BNP AM

L'investisseur durable d'un monde qui change

Houses
Sujets d'actualite | Article - 5 Min

Cette semaine sur les marchés – La Fed prendra son temps, sauf si ses plans tournent mal

Le message de la Réserve fédérale américaine à l’issue de la réunion du Federal Open Market Committee (FOMC) du 31 janvier était clair : des baisses de taux d’intérêt sont à venir, mais pas aussi vite que le marché l’avait prévu. Pour la quatrième réunion consécutive, le FOMC a maintenu le taux directeur des fonds fédéraux en territoire restrictif, entre 5,25 et 5,50 %.

Comme on pouvait s’y attendre, la Réserve fédérale américaine (Fed) a supprimé le biais haussier qu’elle avait maintenu jusqu’en décembre. Le communiqué officiel ne mentionne plus la possibilité d’une « hausse supplémentaire des taux directeurs ». Au lieu de cela, les responsables ont noté que les risques pour le plein emploi et la faible inflation étaient maintenant « en train de s’équilibrer ».

Il est probable que l’amélioration récente des données sur l’inflation américaine soit exactement ce que la Fed souhaitait. Après tout, le président de la Fed, Jerome Powell, a reconnu les « bonnes nouvelles » des six derniers mois concernant l’inflation. Mais les responsables de la politique monétaire doivent en voir davantage sur une plus longue période avant d’être convaincus qu’il est temps de réduire les taux directeurs.

Pour souligner ce point, Jerome Powell a déclaré qu’une baisse des taux n’était « ni le scénario le plus probable ni le scénario central » lors de la prochaine réunion du FOMC en mars.

Les récentes données sur l’inflation sont rassurantes

Au moment même où le FOMC se réunissait, des données ont été publiées montrant que les coûts de la main-d’œuvre aux États-Unis ont moins augmenté que prévu. Il s’agit d’un nouveau signe d’atténuation des pressions inflationnistes.

L’indice du coût de l’emploi (Employment Cost Indes ECI), qui mesure les salaires et les avantages sociaux, a augmenté de 0,9 % au quatrième trimestre 2023 – sa plus faible hausse depuis 2021 – après avoir augmenté de 1,1 % au trimestre précédent. Le ralentissement du rythme de croissance de l’ECI est une bonne nouvelle pour la Fed, car il suggère que la pression sur les salaires ralentit en même temps que l’inflation des biens.

Bien qu’il existe d’autres mesures plus fréquentes, y compris les chiffres du salaire horaire moyen publiés dans le rapport mensuel sur l’emploi, l’ECI est considéré comme un meilleur indicateur parce qu’il n’est pas faussé par les changements dans la composition de l’emploi entre les professions ou les industries. En tant que telle, il s’agit de la mesure de l’évolution des salaires privilégiée par la Fed.

D’autres signes indiquent également un ralentissement de la croissance des salaires. L’indicateur de croissance des salaires de la Fed d’Atlanta, une moyenne mobile sur 3 mois du salaire médian, s’est stabilisé à son rythme le plus lent en deux ans.

Par ailleurs, les données publiées la semaine dernière sur le déflateur des dépenses de consommation privée (PCE), la mesure de l’inflation préférée de la Fed, ont également rassuré (voir graphique 1).

Cette mesure est considérée comme plus complète et plus cohérente que l’indice des prix à la consommation sur de longues périodes. En décembre, le PCE est tombé sous la barre des 3 % pour la première fois en près de trois ans. L’indice sous-jacent (core PCE) a lui augmenté de 2,9 % en glissement annuel, contre 3,5 % en novembre, se plaçant en dessous des prévisions du consensus. La désinflation apparaît clairement dans toutes les données récentes. La question est de savoir si cela va continuer.

Pourquoi cette prudence ?

Selon la déclaration de politique monétaire, les décideurs de la Fed veulent « avoir davantage confiance » dans le fait que l’inflation est vraiment maitrisée et qu’elle redescend à l’objectif de 2 % de la Fed.

Bien que Jerome Powell ait reconnu les bonnes nouvelles sur l’inflation, ses collègues et lui craignent de tomber dans le piège d’un assouplissement prématuré de la politique monétaire.

Un document du FMI publié en septembre dernier, intitulé « One Hundred Inflation Shocks : Seven Stylized Facts », notait que « la plupart des épisodes (inflationnistes) non résolus impliquaient des « célébrations prématurées », où l’inflation a d’abord diminué, avant de plafonner à un niveau élevé ou de rebondir. » Les banquiers centraux sont prévenus !

Les plans les mieux conçus tournent souvent mal

L’annonce de problèmes inattendus à la New York Community Bancorp (NYCB) a rappelé opportunément que des « inconnues inconnues » pourraient conduire la Fed à adopter brusquement une approche différente de la politique monétaire.

Les marchés sont passés en mode d’aversion au risque, se détournant des actifs risqués pour privilégier les obligations gouvernementales après que cette banque new-yorkaise, qui a repris une partie des actifs de la banque en faillite Signature Bank l’année dernière, a annoncé une réduction du dividende et une provision pour pertes sur prêts de 550 millions de dollars, principalement pour l’immobilier.

La valorisation boursière de la NYCB a chuté d’environ 38 % le 31 janvier et l’indice bancaire régional KBW a chuté de 6 %, marquant sa plus forte baisse depuis mars dernier et les difficultés de plusieurs banques régionales américaines.

L’acquisition des actifs de Signature Bank par la NYCB a fait entrer cette dernière dans une catégorie réglementaire qui exige des niveaux de capital plus élevés. Selon les rapports de Bloomberg News, la société a déclaré que les décisions de réduire ses dividendes et d’augmenter sa provision pour pertes sur prêts étaient liées à ce changement de catégorie réglementaire.

Les problèmes du secteur immobilier américain sont devenus des “impondérables identifiés” pour les investisseurs ces derniers mois ; la valeur des propriétés a chuté et les emprunteurs cherchant à se refinancer ont été confrontés à des taux d’intérêt plus élevés.

La provision pour prêts de la NYCB a été bien au-delà des estimations des analystes. La NYCB aurait déclaré qu’elle souhaitait constituer des réserves pour pertes sur prêts afin d’être plus en phase avec les autres banques de sa taille et de devancer la faiblesse potentielle des marchés de l’immobilier de bureaux et des immeubles d’habitation.

Mais, en fin de compte …

Les actifs risqués ont connu une mauvaise journée le 31 janvier, ce qui suggère que les marchés boursiers avaient compté sur un message plus accommodant de la Fed. La journée avait déjà été marquée par les résultats de certaines des méga-valeurs technologiques américaines, qui ont déçu dans un contexte où le cours des actions laisse peu de place à l’erreur.

Les obligations se sont redressées malgré l’annonce d’émissions plus importantes au cours des prochains mois. Les nouvelles de la NYCB ont poussé les investisseurs à se ruer sur les bons du Trésor américain, craignant que cet événement ne soit un signe avant-coureur de problèmes plus larges dans le secteur immobilier.

Dans l’ensemble, le changement des anticipations concernant les baisses de taux par la Fed a été limité, la courbe des contrats à terme sur les fonds fédéraux terminant la journée en prévoyant davantage de baisses de taux d’ici la fin de 2024 qu’elle ne l’avait fait avant la réunion de politique monétaire, malgré le message de la Fed.

Notre équipe de gestion multi-actifs reste prudente en ce qui concerne les actifs risqués. Dans un environnement où les banques centrales risquent d’être réticentes à l’idée d’abaisser les taux directeurs de manière préventive et en l’absence de certitude quant au niveau du taux directeur neutre, les risques découlant d’une trop longue période de politique monétaire restrictive ne peuvent être exclus.

Disclaimer

Veuillez noter que les articles peuvent contenir des termes techniques. Pour cette raison, ils peuvent ne pas convenir aux lecteurs qui n'ont pas d'expérience professionnelle en matière d'investissement. Les opinions exprimées ici sont celles de l’auteur à la date de la publication, sont fondées sur les informations disponibles et sont susceptibles de changer sans préavis. Les équipes de gestion de portefeuille peuvent avoir des opinions différentes et prendre des décisions d’investissement différentes pour différents clients. Le présent document ne constitue pas un conseil en investissement. La valeur des investissements et les revenus qu’ils génèrent peuvent évoluer à la baisse comme à la hausse, et les investisseurs sont susceptibles de ne pas récupérer leur investissement initial. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. Les investissements sur les marchés émergents ou dans des secteurs spécialisés ou restreints sont susceptibles d'afficher une volatilité supérieure à la moyenne en raison d'un haut degré de concentration, d'incertitudes accrues résultant de la moindre quantité d'informations disponibles, de la moindre liquidité ou d'une plus grande sensibilité aux changements des conditions de marché (conditions sociales, politiques et économiques). Pour cette raison, les services de transactions de portefeuille, de liquidation et de conservation pour le compte de fonds investis sur les marchés émergents peuvent être plus risqués. Les actifs privés sont des opportunités d'investissement qui sont absentes des marchés publics, comme les bourses de valeurs mobilières. Ils permettent aux investisseurs de s’exposer de manière directe à des thèmes d'investissement à long terme et donnent accès à des secteurs ou industries spécialisés, comme les infrastructures, l'immobilier, le private equity et d'autres solutions alternatives difficilement accessibles via des moyens traditionnels. Les actifs privés doivent toutefois faire l’objet d'une approche rigoureuse en raison d'un niveau d'investissement minimum souvent élevé, d’une complexité accrue et d'une forte illiquidité.

Publications liées

Emplois aux États-Unis : les apparences sont quelque peu trompeuses
Les politiques économiques relèvent le défi
Obtenez des informations et des analyses sur des sujets d'actualité auprès de plus de 500 experts en investissement.
BNP AM
Explorez VIEWPOINT aujourd'hui