BNP AM

L'investisseur durable d'un monde qui change

Rechercher par

Filter by

Asset class

Economics

Geography

Investing

PODCASTS
EQUITIES
Currencies
DEMAIN A LA UNE | – 3 Min

Marchés de l'environnement - Les fondamentaux prévaudront

By ULRIK FUGMANN, EDWARD LEES 25.05.2022

    Dans leur dernière revue des marchés, Ulrik Fugmann et Edward Lees, co-responsables de notre pôle Stratégies environnementales, nous donnent leur avis sur la correction récente des marchés actions. Ils réaffirment leurs perspectives positives pour les valeurs environnementales, dont les valorisations actuelles ne reflètent pas selon eux la solidité des fondamentaux des entreprises.   

    Après une nouvelle semaine volatile sur les marchés actions, l’indice américain S&P 500 a flirté avec son plus bas niveau de clôture de l’année le vendredi 20 mai, soit une baisse de près de 19 % par rapport à son sommet de début janvier.

    L’indice est maintenant proche d’un repli de 20 %, ce qui correspond à la définition répandue d’un « marché baissier ». Dans leur publication « Thoughts on the month to date », Ulrik et Edward analysent l’évolution récente du marché et présentent leurs perspectives pour les actions environnementales.

    Voici une synthèse des principaux points à retenir. Cliquez ici pour lire l’intégralité de l’édition de mai 2022 de « Thoughts on the month to date » de notre pôle Stratégies environnementales [1]

    Principaux points à retenir  

    • L’hypothèse de l’inefficience des marchés est encore à l’œuvre actuellement, sous l’effet de l’enthousiasme naturel des investisseurs et des tenants de la théorie de la finance comportementale. Sur de longues périodes, ces tendances de fond se matérialisent dans le sillage du cycle économique traditionnel. Elles sont alimentées par les forces de l’offre et de la demande (variation du produit intérieur brut), la disponibilité des capitaux et les anticipations.
    •  Les marchés actions semblent s’approcher d’une phase de capitulation, ce moment où les investisseurs « jettent l’éponge » et abandonnent tous leurs gains précédents en vendant leurs positions en pleine phase baissière.
    • Il faut considérer que le cycle économique se compose de quatre phases distinctes. En tant que gérants actifs, notre premier point d’ancrage est la phase dans laquelle se trouve l’économie dans le cycle :  
    • Expansion (début de cycle)
    • Pic (milieu de cycle)
    • Contraction (fin de cycle)
    • Et si les choses empirent, un creux (récession).  
    • Actuellement, les économies développées se trouvent dans la phase tardive du cycle. Désormais, elles peuvent soit s’orienter vers une croissance de base, soit tomber en récession. Le niveau élevé de la volatilité va perdurer car le marché, influencé par les données sur la vitesse de l’économie, devrait osciller entre ces deux scénarios.
    • Les fondamentaux de l’économie américaine sont solides, mais la Réserve fédérale devra ralentir la croissance pour endiguer l’inflation. Le marché craint que la Fed ne resserre sa politique soit trop fort, soit trop vite, soit les deux.
    • Les entreprises du secteur environnementales présentent des caractéristiques de croissance à long terme. A l’image des valeurs de croissance, elles sont vulnérables aux perspectives de hausse des taux réels, ce qui signifie que le taux d’actualisation généralement appliqué aux flux de trésorerie futurs par les investisseurs est plus élevé, ce qui réduit la valorisation actuelle des actions.
    • Nous pensons que, sauf chocs exogènes supplémentaires, une récession est peu probable aux États-Unis. Nous pensons au final que les forces déflationnistes à long terme (la démographie, les gains d’efficacité induits par les technologies, la moindre vitesse de circulation de l’argent et le surendettement mondial) finiront par reprendre le dessus.
    • Si, comme nous le prévoyons, les pressions inflationnistes s’atténuent dans les mois et les trimestres à venir, les marchés devraient délaisser le scénario marqué par une « inflation élevée et une hausse des taux directeurs » et privilégier celui caractérisé par une « inflation élevée mais en baisse ». Une telle tendance rendrait l’environnement plus positif pour les valeurs de croissance.
    • Les entreprises proposant des solutions environnementales enregistrent des performances solides depuis 2019 par rapport au reste du marché. Elles présentent désormais des multiples de valorisation inédits depuis 2019, mais les facteurs qui les sous-tendent se sont nettement renforcés. Ces multiples pourraient encore diminuer sous l’effet du sentiment et des flux d’investissement, mais notre analyse fondamentale approfondie, même en intégrant des taux d’actualisation prudents et élevés, laisse présager un fort potentiel de hausse si les entreprises parviennent à exécuter efficacement leur stratégie sur des marchés en pleine croissance.
    • Selon nous, les signaux fondamentaux des entreprises du secteur environnemental du monde entier sont au vert, grâce notamment à des publications de résultats globalement bonnes, tandis que le « bruit » lié au sentiment de marché, au manque de liquidité et à la peur des investisseurs résonne encore fortement. Si l’histoire peut un tant soit peu servir de guide, les signaux prévalent, le bruit s’estompe et les fondamentaux finissent par prendre le dessus.
    • C’est pourquoi « ce n’est pas différent cette fois-ci ».  

    Si vous souhaitez recevoir des commentaires réguliers et/ou des rapports mensuels du pôle Stratégies environnementales, envoyez un e-mail à LIST.AMENVIRONMENTALSTRATEGIESGROUP@bnpparibas.com>

    [1] L’édition complète de la publication « Thoughts on the month to date » a été publiée le 10 mai 202.

    Avertissement

    Veuillez noter que les articles peuvent contenir des termes techniques. Pour cette raison, ils peuvent ne pas convenir aux lecteurs qui n'ont pas d'expérience professionnelle en matière d'investissement. Les opinions exprimées ici sont celles de l’auteur à la date de la publication, sont fondées sur les informations disponibles et sont susceptibles de changer sans préavis. Les équipes de gestion de portefeuille peuvent avoir des opinions différentes et prendre des décisions d’investissement différentes pour différents clients. Le présent document ne constitue pas un conseil en investissement. La valeur des investissements et les revenus qu’ils génèrent peuvent évoluer à la baisse comme à la hausse, et les investisseurs sont susceptibles de ne pas récupérer leur investissement initial. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. Les investissements sur les marchés émergents ou dans des secteurs spécialisés ou restreints sont susceptibles d'afficher une volatilité supérieure à la moyenne en raison d'un haut degré de concentration, d'incertitudes accrues résultant de la moindre quantité d'informations disponibles, de la moindre liquidité ou d'une plus grande sensibilité aux changements des conditions de marché (conditions sociales, politiques et économiques). Pour cette raison, les services de transactions de portefeuille, de liquidation et de conservation pour le compte de fonds investis sur les marchés émergents peuvent être plus risqués.

    Les faits marquants de Viewpoint chaque semaine

    Abonnez-vous a notre newsletter hebdomadaire pour recevoir nos dernières publications.

    Please enter a valid email
    Veuillez cocher les cases ci-dessous pour vous abonner

    Suivez-nous

    Recevez nos dernières actualités en temps réel