BNP AM

L'investisseur durable d'un monde qui change

Aqua
Demain a la une | Article - 5 Min

Les multiples opportunités liées à l’eau

L’eau est généralement considérée comme un élément fondamental de la vie, mais son utilisation est également omniprésente dans l’industrie. Ainsi, face au problème urgent de pénurie d’eau, nous ne devrions pas seulement nous concentrer sur les politiques publiques et sur les infrastructures, mais également sur la manière dont les entreprises gèrent leur consommation d’eau. Dans ce contexte, les entreprises qui créent des solutions innovantes permettant d’utiliser l’eau de manière plus efficace offrent des opportunités d’investissement prometteuses.

L’eau : une ressource industrielle cruciale

Les Nations unies ont alerté sur le fait que la demande mondiale d’eau douce dépassera l’offre de 40 % d’ici la fin de la décennie. Cette pression accrue sur les ressources hydriques s’explique par de multiples facteurs, dont la crise climatique, la croissance démographique et l’évolution des modes de consommation.

Cependant, l’écart entre l’offre et la demande est également exacerbé par le gaspillage. On estime qu’environ 1 700 milliards de litres d’eau sont gaspillés chaque année dans le monde, une grande partie de ce gaspillage étant attribuable au vieillissement et à l’inadéquation des infrastructures, ainsi qu’à une utilisation non efficiente de l’eau. Il s’agit manifestement d’un sujet d’une grande importance qui présente un potentiel considérable pour les investisseurs. Les dépenses consacrées aux infrastructures et aux réparations dans le secteur de l’eau devraient ainsi augmenter de plus de 6 % par an d’ici 2030.

Le thème du stress hydrique touche également les activités commerciales. L’eau est largement utilisée dans l’ensemble de l’économie. Il n’existe pratiquement aucune activité économique dans laquelle l’eau ne soit pas impliquée à un moment ou à un autre. Environ 19 % du total des prélèvements d’eau sont utilisés à des fins industrielles, telles que la production de vêtements, de papier, de nourriture ou d’énergie. Contrairement à l’énergie, l’eau n’est pas une matière première qui peut être facilement remplacée ou déplacée par la technologie. Par conséquent, les entreprises sont de plus en plus conscientes que la question de la pénurie d’eau ne peut être négligée.

Des solutions innovantes dans le domaine de l’eau

Le secteur de l’eau est en train de devenir un marché représentant un milliard de dollars, les technologies de pointe occupant une place de plus en plus importante. La gestion numérique de l’eau utilise la blockchain, l’intelligence artificielle, les capteurs numériques et les compteurs intelligents pour assurer la qualité et le contrôle de l’eau, ainsi que pour surveiller et gérer à distance l’utilisation responsable des ressources hydriques. En particulier, les solutions intelligentes pour l’eau sont exploitées par le secteur agricole pour surveiller en temps réel les systèmes d’irrigation, des satellites étant utilisés pour mieux évaluer les besoins des cultures. L’amélioration du traitement des eaux usées peut constituer une option rentable pour de nombreuses entreprises et les procédés de dessalement (tels que la technologie des membranes basse pression) gagnent également du terrain en raison de la demande croissante pour une eau de meilleure qualité. Le marché du dessalement devrait ainsi plus que doubler d’ici 2031, grâce à un taux de croissance annuel de 9 %.

Optimiser la gestion de l’eau pour les fabricants de puces

Cela peut paraître surprenant, mais la fabrication de semi-conducteurs (composant essentiel de la plupart des appareils numériques) est fortement tributaire de l’eau. L’eau est utilisée pour rincer et nettoyer les plaquettes de silicium utilisées dans la fabrication des puces électroniques. Mais ce processus ne peut pas utiliser n’importe quelle eau. Il doit s’agir d’une eau ultra-pure, qui est des milliers de fois plus pure que celle du robinet. De plus, ce processus est coûteux : il faut environ 1 400 à 1 600 litres d’eau courante pour produire 1 000 litres d’eau ultra-pure; et les usines de fabrication de semi-conducteurs peuvent utiliser jusqu’à 5 millions de litres d’eau par jour. La nécessité de réduire la consommation d’eau et d’assurer une plus grande durabilité incite les fabricants à investir dans de meilleures installations hydrauliques. Celles-ci permettent de réutiliser l’eau pour le refroidissement des équipements et de la recycler pour alimenter les systèmes utilisés pour obtenir une eau ultra-pure.

Cette question devient de plus en plus urgente à mesure que de nombreux pays cherchent à relocaliser la fabrication de semi-conducteurs. Aux États-Unis, la loi dite « CHIPS and Science » promue par l’administration Biden soutient par des mesures incitatives la chaîne d’approvisionnement américaine en semi-conducteurs. Pour chaque nouvelle usine de semi-conducteurs, on estime que 5 à 8 % des fonds seront consacrés à l’infrastructure hydraulique, soit pour produire de l’eau ultra-pure, soit pour réutiliser l’eau dans un système en circuit fermé. Dans un contexte de demande croissante de semi-conducteurs, le potentiel à long terme de la thématique liée à l’eau présente donc un certain attrait.

Se débarrasser des « contaminants éternels »

Une des conséquences de l’activité économique a créé une nouvelle opportunité à long terme pour les sociétés innovantes spécialisées dans les solutions pour l’eau. Les réserves d’eau ont en effet été contaminées par des produits chimiques dits « éternels ».

Techniquement connus sous le nom de substances per-et poly-fluoroalkyles (PFA), ces produits chimiques sont utilisés par l’industrie depuis les années 1940 en raison de leur capacité à résister à l’eau, à la graisse et aux taches, ainsi qu’à éteindre les incendies. L’inconvénient de ces « produits chimiques éternels » est qu’ils ne se décomposent pas dans l’environnement et que leur utilisation intensive a eu pour conséquence leur infiltration au fil du temps dans les systèmes d’approvisionnement en eau. L’exposition humaine aux PFA est universelle : des études menées dans le monde entier ont montré que quasiment personne ne pouvait échapper à une forme ou une autre de contamination dans son organisme. Leur présence dans l’environnement est très répandue et l’on a même trouvé des PFA en Arctique. Il est inquiétant de constater que la recherche a établi un lien entre ces produits chimiques et toute une série de problèmes de santé. Ils ont déjà donné lieu à plusieurs actions en justice dont les montants pourraient être comparables à ceux versés dans le passé par les industries du tabac et de l’amiante.

Pourtant, la nécessité d’éliminer ces contaminants des réserves d’eau constitue un facteur favorable pour les sociétés spécialisées dans les solutions pour l’eau. Le champ d’opportunités est large et comprend le conseil dans des plans de résolution ainsi que la fabrication de dispositifs de test et d’équipements de filtration visant à éliminer ces produits chimiques de l’approvisionnement en eau.

Favoriser une gestion efficace de l’eau

Les problèmes liés à la pénurie d’eau et à la manière dont nous gérons l’utilisation de l’eau nécessitent des solutions à la fois immédiates et de long terme. Les consommateurs, les États et les entreprises étant de plus en plus attentifs à cette problématique majeure, les opportunités pour les investisseurs s’avèrent à la fois diverses et résilientes. En particulier, la chaîne de valeur de l’eau offre aux investisseurs une exposition à des opportunités défensives et cycliques, dans le monde entier et dans un large éventail de secteurs.

Chez BNP Paribas Asset Management, notre stratégie est dédiée aux entreprises dont les activités sont principalement tournées vers la gestion de l’eau : infrastructures, traitement et purification de l’eau, services d’eau aux collectivités. Ces entreprises, souvent de grande qualité, peuvent offrir des perspectives de croissance élevée et contribuer à un avenir plus durable.

    Avertissement

    Veuillez noter que les articles peuvent contenir des termes techniques. Pour cette raison, ils peuvent ne pas convenir aux lecteurs qui n'ont pas d'expérience professionnelle en matière d'investissement. Les opinions exprimées ici sont celles de l’auteur à la date de la publication, sont fondées sur les informations disponibles et sont susceptibles de changer sans préavis. Les équipes de gestion de portefeuille peuvent avoir des opinions différentes et prendre des décisions d’investissement différentes pour différents clients. Le présent document ne constitue pas un conseil en investissement. La valeur des investissements et les revenus qu’ils génèrent peuvent évoluer à la baisse comme à la hausse, et les investisseurs sont susceptibles de ne pas récupérer leur investissement initial. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. Les investissements sur les marchés émergents ou dans des secteurs spécialisés ou restreints sont susceptibles d'afficher une volatilité supérieure à la moyenne en raison d'un haut degré de concentration, d'incertitudes accrues résultant de la moindre quantité d'informations disponibles, de la moindre liquidité ou d'une plus grande sensibilité aux changements des conditions de marché (conditions sociales, politiques et économiques). Pour cette raison, les services de transactions de portefeuille, de liquidation et de conservation pour le compte de fonds investis sur les marchés émergents peuvent être plus risqués. Les actifs privés sont des opportunités d'investissement qui sont absentes des marchés publics, comme les bourses de valeurs mobilières. Ils permettent aux investisseurs de s’exposer de manière directe à des thèmes d'investissement à long terme et donnent accès à des secteurs ou industries spécialisés, comme les infrastructures, l'immobilier, le private equity et d'autres solutions alternatives difficilement accessibles via des moyens traditionnels. Les actifs privés doivent toutefois faire l’objet d'une approche rigoureuse en raison d'un niveau d'investissement minimum souvent élevé, d’une complexité accrue et d'une forte illiquidité.
    Risque lié à la prise en compte de critères ESG : l'absence de définitions et de labels communs ou harmonisés concernant les critères ESG et de durabilité au niveau européen peut entraîner des approches différentes de la part des sociétés de gestion lors de la définition des objectifs ESG. Cela signifie également qu'il peut être difficile de comparer des stratégies intégrant des critères ESG et de durabilité dans la mesure où la sélection et les pondérations appliquées à certains investissements peuvent être basées sur des indicateurs qui peuvent partager le même nom mais ont des significations sous-jacentes différentes. Lors de l'évaluation d'un titre sur la base de critères ESG et de durabilité, la société de gestion peut également utiliser des sources de données fournies par des prestataires de recherche ESG externes. Compte tenu de la nature évolutive de l'ESG, ces sources de données peuvent pour le moment être incomplètes, inexactes ou indisponibles L'application de normes de conduite responsable des affaires ainsi que de critères ESG et de durabilité dans le processus d'investissement peut conduire à l'exclusion des titres de certains émetteurs. Par conséquent, la performance du FCP peut parfois être meilleure ou moins bonne que la performance d’OPC dont la stratégie est similaire.

    Publications liées

    Comment les investisseurs peuvent-ils contribuer à relever le défi de la biodiversité ?
    Gagner en efficacité. Maximiser les opportunités.
    Obtenez des informations et des analyses sur des sujets d'actualité auprès de plus de 500 experts en investissement.
    BNP AM
    Explorez VIEWPOINT aujourd'hui